Maria Yohana revient sur la composition de sa chanson symbolique ‘Intsinzi’ 25 ans après

Maria Yohana revient sur la composition de sa chanson symbolique ‘Intsinzi’ 25 ans après

Maria Yohana revient sur la composition de sa chanson symbolique ‘Intsinzi’ 25 ans après

Chaque Rwandais a chanté, dansé ou tout simplement entendu la chanson ‘Intsinzi’. Considérée par la plupart comme la chanson de la victoire du pays, cette année, ‘Intsinzi’ fête 25 ans. Ce titre symbolique a été composé par Maria Yohana Mukankuranga, âgée de 74 ans.

L’artiste a confié à New times que « L’idée de ‘Intsinzi’ a été conçue dans le lieu le plus improbable : la cuisine. Je me souviens du jour comme si c’était hier parce que dans cette cuisine, il y avait juste ma fille, Angélique Umulisa, mon petit-fils et leur grand-mère. Et pendant que nous cuisinions, l’idée a pris forme et, au moment où nous avons fini de cuisiner, nous avions déjà la moitié de la chanson ».

Le concept de ‘Intsinzi’ a traversé son esprit en raison de l’absence de ses deux fils qui s’étaient joints à l’armée de libération.

« Mes fils étaient allés se battre dans la guerre de libération et nous avions était peu d’information sur leur situation et s’ils avaient le moral qu’il leur fallait pour continuer avec la guerre. Cette chanson était censée stimuler le moral des soldats », a-t-elle déclaré.

Elle dit que, une fois que l’idée leur est venue, il y a eu un léger défi quand il s’agissait d’obtenir une introduction adéquate et c’est ainsi qu’elle a eu l’idée de « Ndatera Inzuzi, Ndaraguza Umutwe » (je peux imaginer, je peux prévoir la victoire).

La chanson parle des aspirations de la chanteuse pour le pays et comment elle croit que la victoire est imminente. Le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

Maria Yohana, qui avait fui en 1961 au camp de réfugiés de Nshungerezi en Ouganda, dit que, comme il n’y avait pas de studios dans le camp, initialement la chanson n’a été chantée qu’avec l’applaudissement et l’ululation traditionnels.

« Il n’y avait pas de studios et ce n’est qu’un an plus tard, en 1993, que nous avons été à Kampala pour enregistrer la chanson, mais sinon, il n’y avait pas de beats. Juste un groupe de personnes enthousiastes avec un objectif commun », se souvient-elle.

En regardant en arrière, elle dit que la chanson a toujours eu une place dans la société.

« Je me rappelle quand nous avons chanté cette chanson pour la toute première fois en 1993 à Mulindi, Byumba. Tout le monde était excité, heureux, et en pleurs. Mais à la fin, on nous a demandé de garder la chanson jusqu’à ce que le bon moment soit venu et, finalement, ce temps est venu et elle a été jouée à plusieurs reprises, dans le pays et à l’étranger ».

La chanson a gagné sa popularité immédiatement après que le RPF-Inkotanyi ait capturé Kigali en juillet 1994 et a depuis été classée parmi les chansons de la victoire du pays.

Alors que «Intsinzi» fête 25 ans, Maria Yohana revit le passé avec beaucoup de nostalgie, se rappelant que sa fille qui l’a chantée avec elle a disparu en 1996, deux ans après la fin de la guerre de libération. Ses deux fils n’ont pas survécu non plus.

« Je ne peux pas croire que cela fait 25 ans. Cela me rappelle beaucoup de choses. Le combat de libération, ma fille, mes fils, mais plus que tout, je suis heureuse et ça reste ma préférée. Nous avons réussi ce que nous espérions : qu’elle puisse rassembler tous les membres. En ce qui concerne le Rwanda aujourd’hui, la chanson est très appropriée parce que le pays est exactement comme je le voyais ou le chantait à l’époque », dit-elle.

Elle ajoute que beaucoup de gens aiment la chanson et la chantent quand ils sont heureux. Quant à elle, elle ne la chante que lorsque c’est une occasion très importante.

A propos d’un éventuel ‘‘remix’’ elle précise : « Je l’ai seulement chanté avec quelques artistes masculins pour ajouter de la basse, mais la chanson elle-même ne sera jamais remixée parce que je la considère comme une pièce historique et que l’histoire ne peut être modifiée ».

Maria Yohana est née le 5 décembre 1943 dans le district de Ngoma (ancien district de Kibungo), en Province de l’Est. Elle a fréquenté l’école primaire de la paroisse de Zaza et plus tard l’école ménagère post primaire de Zaza.

Après avoir complété 4 années d’études pour enseignants, elle a commencé à enseigner à l’école primaire de Rwamagana et a ensuite enseigné le kinyarwanda en 3ème et 4ème à l’école primaire de Kibungo.

Elle a été contrainte à l’exil en Ouganda en 1961, avec sa famille dont son bébé de huit jours.

En 1971, Maria Yohana a obtenu un emploi d’enseignant à l’école primaire Rwamurunga où elle a enseigné des matières comme le kinyarwanda, les mathématiques et l’anglais jusqu’au retour au pays en 1994.

  •  
    252
    Partages
  • 252
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Maria Yohana revient sur la composition de sa chanson symbolique ‘Intsinzi’ 25 ans après

  •  
    252
    Partages
  • 252
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Maria Yohana revient sur la composition de sa chanson symbolique ‘Intsinzi’ 25 ans après

  •  
    252
    Partages
  • 252
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •