Atome: comédien rwandais, maître de cérémonie et dramaturge

Atome: comédien rwandais, maître de cérémonie et dramaturge

Atome: comédien rwandais, maître de cérémonie et dramaturge

Diogène Ntarindwa, plus connu sous le pseudonyme Atome, un nom qui date du lycée en raison de sa silhouette mince ; est dramaturge, comédien et maître de cérémonie. Mais il est surtout connu pour ses performances de comédie, un talent qui remonte à son enfance.

« Depuis tout petit, j’ai remarqué que les enfants s’intéressaient à ma version de l’histoire. C’est parce que j’aimais raconter des histoires sérieuses de manière plus légère, si possible avec des blagues », dit-il.

Paradoxalement, sa vie quotidienne est en réalité assez différente du comique que l’on a l’habitude de voir sur scène.

« Mon univers n’est pas si centré autour de la comédie. Je lis beaucoup et je dépense beaucoup dans les livres, dont 98% sont sur la politique, l’histoire de l’Afrique de l’Est ou la guerre. Je peux payer des milliers de dollars pour visiter des sites historiques », dit-il.

Son livre préféré, dit-il, est la Bible et il aime prier avant et après chaque représentation.

A propos du contraste entre Atome, le personnage comique et la personne hors scène qui consacre la plupart de son temps à s’instruire, il explique :

« J’aime pouvoir aborder les problèmes sous multiples angles. J’aspire à apprendre parce que mon travail nécessite une incidence sur la société dans des perspectives différentes et donc je n’ai aucune excuse.

Je prends du temps pour voyager, parler aux gens et découvrir mon environnement ce qui finit par enrichir et approfondir mon », dit-il.

Cela, pour lui, explique comment il a maîtrisé l’art de s’attaquer à des thèmes variés avec une touche d’humour.

« Je n’aime pas non plus juger et m’attaquer aux gens sur scène même si je le peux, parce que c’est quelque chose qui n’est pas rwandais. Je donne à mon public la chance de découvrir le message parce que la scène est pour moi une opportunité de raconter une histoire de manière plus simple et différente, sans imposer mon jugement sur le public. Mon travail consiste à influencer les gens de manière positive ».

Juriste de formation, Diogène Ntarindwa a abandonné le droit pour poursuivre des cours de théâtre pendant quatre ans en Belgique où il a fini par maîtriser l’accent français. Grâce à ces cours de théâtre, il a parcouru plus de 50 pays dans le monde entier, présentant principalement des histoires sur le Rwanda sous forme de pièces de théâtre et de spectacles de comédie.

« Les gens du monde entier ont l’impression que les conteurs rwandais n’ont que des histoires tristes du génocide à raconter. Pour créer une impression différente, j’utilise différents formats pour raconter mes histoires et je suis toujours le premier à rire de mes blagues. Cela crée une humeur différente et l’impression que les choses au Rwanda ne sont pas si sombres ».

La plupart de ses pièces tendent vers la comédie tragique car « il est tout aussi important de pleurer que de rire. Je veux engager mon public en larmes et en rires en commençant par moi ».

« Après mes cours de théâtre, je me suis aventuré à écrire et à publier des livres et des pièces de théâtre, parce que je me demandais toujours comment il serait possible pour mes enfants d’apprendre leur histoire par des étrangers alors que nous avons le talent et les compétences nécessaires pour le faire », a-t-il dit.

Il souligne que le rôle de maître de cérémonie professionnel n’a jamais été intentionnel.

« Je n’ai jamais décidé d’être un maître de cérémonie. Les gens apprécient simplement mon humour ».

« Je suis généralement maître de cérémonie pour des entreprises parce que les gens connaissent ma passion pour acquérir de vastes connaissances sur divers, ce qui est une autre raison pour moi de lire beaucoup. Parce que soit vous avez la connaissance, soit vous ne l’avez pas, mais vous ne pouvez pas improviser. Quand les gens commencent à se familiariser avec mon travail, j’invente quelque chose de nouveau, où, grâce à mes observations, je peux construire des histoires », dit-il.

Actuellement, Atome prépare une trilogie sur la lutte de libération rwandaise qui sera présentée dans plusieurs pays et dans ses spectacles annuels ‘Irekure’.

« L’un des spectacles abordera le thème des femmes issues de l’histoire légendaire de Ndabaga. Un autre est Carte d’identité, une comédie tragique sur mon histoire personnelle, l’exil et la vie dans l’armée. L’autre pièce est à propos de la radio haineuse durant le génocide avec une touche d’humour ».

« J’ai décidé que je raconterai des histoires sur notre libération, mais avec seulement les personnes âgées sur scène pour raconter et jouer les histoires de la génération actuelle », conclut-il alors qu’il se prépare à faire un jogging.

  •  
    103
    Partages
  • 103
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Atome: comédien rwandais, maître de cérémonie et dramaturge

  •  
    103
    Partages
  • 103
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Atome: comédien rwandais, maître de cérémonie et dramaturge

  •  
    103
    Partages
  • 103
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •