Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer

Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer
Kenneth Roth, Directeur Exécutif de "HRW"

Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer

Le Rwanda, un enfer ou un paradis ?

Le Rwanda, ce n’est pas l’enfer comme le prétend le rapport de « HRW », bien au contraire, c’est le paradis sur terre car ici, les morts ressuscitent ! Qu’on se le dise, les victimes d’assassinats dénoncés par « HRW » sont bien vivantes et heureuses de l’être. Ils sont morts dans le rapport de « HRW », mais ce que ne savait pas cette « déshonorable » organisation, c’est qu’au Rwanda, les morts parlent !

Pour leur prochain coup, je conseillerais à ces prétendus défenseurs des droits de l’homme d’aller chercher leurs pseudos victimes dans les cimetières, cela pourrait leur éviter de tomber ainsi dans le ridicule.

Pour ceux qui veulent plus de précision quant à la parodie de rapport établi par cette Institution peu recommandable, je vous renvoie à notre article qui traite essentiellement de ce sujet que vous trouverez en suivant le lien : « HRW » se décrédibilise après avoir publié un rapport totalement biaisé ». Vous comprendrez mieux la suite de cet édito.

 

Voici le message que Ida Sawyer, directrice de « HRW » Afrique, diffuse sur Twitter.

 

Comment une organisation telle que « HRW » peut-elle à ce point se décrédibiliser ?

« HRW » n’aime pas le Rwanda, cela tout le monde le sait. Kenneth Roth, le Directeur Exécutif de l’Institution ne s’en cache pas ; il twitte personnellement ses sentiments haineux à longueur de semaine alors que la réserve serait de mise de la part d’un Haut Responsable d’une telle organisation. On se doute bien qu’une fois que Kenneth Roth se soit exprimé de la sorte, les petits « caniches » d’exécutants doivent aller dans le même sens. Ces mêmes « caniches » ne vont pas risquer leur place, ou leur vie (tant qu’à faire) en désavouant les opinions affichées du « Parrain » de l’organisation,…ils ont bien trop peur !

Chez « HRW », le mot est donné : il faut trouver des preuves qui pourront appuyer les allégations du Grand Chef. À défaut d’en trouver, on ferra comme les autres, on les fabriquera. On va donc se donner les moyens et constituer un dossier béton qui débouchera sur un rapport « choc ». Le Rwanda ne va pas s’en sortir et se verra isolé sur la scène mondiale.

Dans l’ensemble, c’est bien vu, bien pensé… encore faut-il que les gens de « HRW » soient suffisamment intelligents pour concevoir ce genre de complot, sans se faire avoir. Certainement qu’ils ont dû « surestimer » leur propre quotient intellectuel et « sous-estimer » celui des « petits africains » rwandais. « Ils n’y verront que du feu », allons-y lançons cette « bombe ».

Évidemment, tel un kamikaze, cette bombe leur a explosé en pleine figure ! Tous les détails sur lesquels se base « HRW » sont balayés d’un revers de main car, au Rwanda, les morts parlent !  Cette particularité rwandaise, ils n’y avaient pas pensé ces petits « surdoués » qui voulaient apporter de l’eau au « moulin à vent » de Kenneth Roth. C’est du jamais vu, les victimes défuntes qui témoignent en faveur de leur bourreau… non, cela n’était pas prévu au plan de départ. La bombe leur explose bien en pleine « gue….e ».

« CPI » et  « HRW », même combat !

Dernièrement, alors que je préparais un édito sur les « scandales » impliquant Luis Moreno-Ocampo, ex-Procureur du Tribunal de la « CPI » (Le Tribunal de la CPI, l’Institution anti-africaine aux bottes de l’occident !), j’ai été surpris de voir dans mes recherches, combien « HRW » se trouvait également cité dans cette affaire. On reprochait en effet à la « CPI » ceci : « Le bureau de l’actuelle procureure s’appuie ainsi souvent sur les rapports de « Human Rights Watch », (reconnu pour sa partialité notoire), afin de monter ses dossiers d’accusation, au lieu d’enquêter lui-même ». Nous y voilà, « CPI » et « HRW », même combat !

Quand on sait que le Procureur Luis Moreno-Ocampo, obéissait aux ordres de Paris, pour mettre hors course le Président Laurent Gbagbo, on se doute que les motivations de « HRW » de nuire au Rwanda doivent être similaires. A ce propos, avez-vous entendu « HRW » s’offusquer de voir le Président Gbagbo sous les verrous alors que l’on sait aujourd’hui que cette affaire a été diligenté par Paris, sans qu’aucune règle juridique n’ait été respectée ?
Silence absolu, complicité certaine !

Pour ce qui concerne le financier, là également « HRW » est loin d’être irréprochable. A croire l’ONG « Tranparency », « Human Rights Watch », de son côté, persiste à trouver « acceptable de prendre de l’argent en cachette, à huit clos », puisqu’elle se trouve classée parmi les mauvais élèves et les moins transparents des organisations étudiées.

Il y a quelques années déjà, l’ONG Monitor (GB) avait soulevé le fait que « HRW », qui prétend ne pas être financé directement ou indirectement par les gouvernements, avait reçu près un million de dollars de l’ONG Oxfam Novib, elle-même principalement financée par le gouvernement néerlandais. Cette transaction correspond pourtant pleinement avec ce que l’on peut appeler, un financement indirect.

« HRW », comme la « CPI » répondent aux souhaits de certains Gouvernements, d’ONG parfois peu recommandables, et pourquoi pas de Groupes terroristes tel le FDLR qui maîtrise les mines d’or à l’est de la RDC, et qui voudraient voir Kigali tomber ? Aujourd’hui, tout est possible et ceci ne serait pas le dernier scandale de quelques « pourris », cachés à la tête de ces organisations couteuses, derrière des appellations aussi prestigieuses que… « les droits de l’homme ».

Un scandale verra certainement le jour avec Kenneth Roth et « HRW », mais le mal aura été fait. Et comme ces personnalités jouissent de protections occultes, ils ne risquent pas grand-chose en définitive.

Amener « HRW » et Kenneth Roth devant les Tribunaux

Dans le cas qui nous préoccupe, je me demande dans quelle mesure le Rwanda ne devrait pas attaquer « HRW » et son Directeur Exécutif, Kenneth Roth, devant les Tribunaux compétents. Ce rapport a bien été rendu officiel, non ? Vous imaginez la tête de la Cour qui verrait venir témoigner des personnes ayant été assassinées quelques années plus tôt !

Une telle action en justice, aurait plusieurs avantages ; « HRW » perdrait toute crédibilité, et le Rwanda se verra respecté.  Cela pourrait aussi faire réfléchir ceux qui régulièrement viennent ternir l’image de ce pays qui a suffisamment souffert de par son passé, afin qu’il puisse se consacrer paisiblement à son développement.

« Médisez, calomniez il en restera toujours quelque chose » !

« HRW » et Kenneth Roth n’ont jamais cessé de pointer du doigt le Rwanda. Ils savent que leurs « racontars » sont tous plus farfelus les uns que les autres. Ils ne poursuivent qu’une seule obsession, nuire au pays car ils désapprouvent celui qui est plébiscité par tout son peuple. Eux seuls voudraient voir les Rwandais gouvernés par un des leurs, qui ne manquera pas de leur lécher les bottes.

Le Rwanda n’est pas la Côte d’Ivoire, Paul Kagame n’est pas Laurent Gbagbo, et l’Alassane Ouatara rwandais n’est pas encore né ! A bon entendeur, salut!

Ida Sawyer, Directrice de « HRW » pour l’Afrique

Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer




Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer

2 thoughts on “Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer”

Les commentaires sont fermés.





Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer

Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer