Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»

Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»

Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»

Et cela recommence !

Il ne se passe pas une seule journée sans que les médias occidentaux nous bassinent avec des articles ou des interviews de propagande tentant à déstabiliser le Rwanda (et décrédibiliser son président ?). Ces journalistes et dirigeants d’ONG tant contestés n’ont toujours pas compris ? Le Rwanda avance et les rwandais n’ont cure de vos racontars* stériles qui ne font que déplacer… le vent qui tournique ironiquement autour de vous.

(*)racontar : Rumeur propagée de manière délibérée sans se soucier de la véracité des propos véhiculés ou de lexistence de preuves conformes aux dires.

Alors que l’occident tout entier tremble sous la menace permanente des attentats, que les médias ne cessent d’accuser leurs propres services de sécurité défaillants, voilà que ces mêmes journalistes se jouent de reprocher au Rwanda, les mesures qu’ils aimeraient voir appliquées chez eux. Bizarre, non ?

Ils ont peur chez eux, et voudraient que les rwandais puissent eux également connaître cette peur qui actuellement est totalement absente du vocabulaire rwandais. Le Rwanda est un pays sûr, et cela n’est pas venu tout seul.

Avant d’en venir au sujet de cet édito, je voudrais simplement rappeler quelques « détails » qui ont fait de l’occident un territoire en guerre où les gens vivent la peur jour après jour ! Ils ont beau chanter en tremblant, « moi, pas peur », je sais pour en avoir discuté avec beaucoup, qu’ils ont changé leur façon de vivre. Ils y pensent à chaque fois qu’ils doivent prendre le métro, se déplacer là où il y a du monde…je sais que les londoniens n’empruntent plus le pont de Londres de la même manière, de même les bruxellois lorsqu’ils s’engagent dans les couloirs du métro, et les parisiens lorsqu’ils boivent un verre à une terrasse par une belle soirée d’été. Comment se fait-il que tout ait changé si vite ?

C’est vrai qu’en occident, on laisse les « fichiers S » en liberté, on leur accorde même des permis de « possession d’armes » comme ce fut le cas en France. Vous imaginez, un individu fiché dangereux à qui on autorise la possession d’armes…on croit rêver, non ? Ce n’est pas un cas isolé, que ce soit à Londres, Paris ou Bruxelles, « ils étaient tous connus des services de sécurité » ! Je me demande d’ailleurs pourquoi les gens ne se révoltent pas plus sur leurs dirigeants…ils risquent leur vie à cause du laxisme de ceux qu’ils ont élus.

Les médias de leurs côtés reprochent ce laxisme et ne s’expliquent pas non plus toutes ces bourdes et maladresses impensables, …car les journalistes eux également ont peur, ils craignent pour eux, pour leur famille, pour leurs amis. Ils côtoient de près ces événements et ils les appréhendent.

D’un autre côté, que cette peur atteigne les rwandais, cela ne les dérangeaient nullement…ce sont des africains, ils sont loin, ils peuvent aussi avoir leur part, quelques attentats là-bas ne les dérangeraient pas, ils ont déjà connu un génocide, ils pourraient bien accueillir un petit « boum »… en plus ces journalistes qui écrivent « contre » le Rwanda, n’ont aucun proches aux Pays des Mille Collines, sans cela ils écriraient des choses plus réelles, plus sensées !

Comment passer de « terroristes » à « opposants politiques », en fonction de la propagande que l’on veut faire passer dans un article ?

Tout d’abord, il faut savoir que lorsque l’on parle « d’opposants politiques » pour un pays d’Afrique, cela n’a rien à voir avec un Jean-Luc Mélenchon en France, ou bien Hilary Clinton aux États-Unis. Non, les médias nous font bien comprendre qu’il s’agit « d’opposants politiques », opprimés, subissant moult injustices, emprisonnés uniquement car ils ont des idées différentes de celle du leadership du pays, et de facto, le Président ou Chef d’État du dit pays est un dictateur sanguinaire qui emprisonne, torture ou fait disparaître toute personne pouvant lui nuire. Du coup, ces « opposants politiques » sont toujours vus comme des victimes, des martyres qui doivent bénéficier de la sympathie du lecteur qui ne pousse pas plus loin son analyse. Ces « opposants politiques » connaissent cette mécanique qu’ils utilisent d’ailleurs fort bien à leur avantage. Vous pouvez violer une gamine, tuer quelqu’un qui pourrait vous gêner dans votre démarche, piller le voisinage,… tout cela n’a plus la moindre importance ; vous êtes un « opposant politique », vous pouvez tout vous permettre car vous serez soutenu par l’Occident qui aimerait bien voir dégager, dans le cas du Rwanda, le Président Paul Kagame ! Le média du coup à réussi sa propagande !

Mais alors quelle différence y-a-t-il entre « l’opposant politique » (version africaine) et le « terroriste » ?

Rien de plus simple :
-certains « opposants politiques », sont des « terroristes » qui ont été mis hors d’état de nuire au Rwanda
-un « terroriste », c’est un « opposant politique » qui a commis ou qui va commettre un attentat, que les services de sécurité occidentaux n’ont pas mis en état de nuire.

Vous saisissez la différence ? En fait tout est une question de ce que l’on veut faire passer au lecteur. Lorsqu’un « terroriste » est arrêté, on applaudit  car le citoyen a été protégé par les services de sécurité. Lorsqu‘un « opposant politique » est arrêté, l’occident crie au scandale car il fallait laisser le « terroriste » en liberté, car le fait qu’il soit un « opposant politique », lui accorde toute la sympathie des médias qui sont opposés au pouvoir à Kigali.

Que le citoyen soit protégé ou pas, les médias occidentaux n’en ont rien à faire. Comme je l’ai dit dans un autre papier (Édito : Déclaration de l’Ambassadeur britannique à Kigali… ), au Rwanda 99% de la population vit sereinement, sans la moindre crainte car ils savent qu’ils sont protégés, alors qu’en occident, là d’où proviennent les donneurs de leçons, c’est l’inverse, 99% de la population vit dans la crainte du lendemain. Cherchez l’erreur et demandez à vos concitoyens ce qu’ils préféreraient !

Il est bon de noter tout de même qu’il existe au pays plusieurs partis, ou personnalités qui sont des « opposants politiques » au même titre que ceux cités plus haut (Mélenchon / Clinton). Je ne pense pas qu’ils aient pu subir la moindre pression aussi petite soit-elle. Peut-être qu’au début de la campagne présidentielle, quelques dirigeants locaux ont voulu faire de l’excès de zèle en ne collaborant pas au mieux avec les deux autres « petits » candidats. Ces malheureux incidents ont été très vite réglés par la « Commission Nationale Electorale » (NEC) et n’ont duré que l’espace de quelques jours. Les autorités rapidement, ont ramené à l’ordre ces quelques dirigeants inhospitaliers. En fin de campagne, les deux candidats ont d’ailleurs voulu féliciter la « NEC » pour l’organisation de ces élections, ainsi que les « Médias » pour avoir couvert leur campagne de manière totalement équitable. Mais de cela, personne n’en a parlé !

Affaire Diane Rwigara et arrestation des 8 « terroristes » (version occidental)

« RFI », le « Média qui vous désinforme », vient de sortir un article sur les arrestations survenues dernièrement au Rwanda. Dans cet article, on y trouve tous les ingrédients de la bonne propagande grossière. Le journaliste pose les mauvaises questions afin de permettre à Ida Sawyer, directrice pour l’Afrique centrale de « Human Right Watch » (HRW) de dérouler sa théorie « anti-Rwanda », comme sait si bien le faire son patron Kenneth Roth. Le petit « caniche » obéit à son maître !

Pour en revenir à cette interview, d’abord le titre parle de la « politique des USA en Afrique ». Dès la lecture de cette phrase dépassée, on n’attaque directement avec le Rwanda, pour lui consacrer 90% du papier. À en croire RFI et « HRW », l’Afrique se résume au Pays des Mille Collines. On est d’ailleurs en droit de se demander pourquoi ce pays qui ne demande rien à personne, qui se développe de manière extraordinaire, qui connaît la paix, sécurité et tranquillité, attire à ce point les critiques ?

Bref, qui peut imaginer une seconde, cette théorie absurde qui voudrait que les autorités rwandaises veulent éliminer Diane Rwigara parce qu’elle voulait se présenter aux élections présidentielles. Les rwandais pouffent de rire !

Alors que plus de 95% ont supplié au Président Paul Kagame de se représenter (référendum), ce dernier tremblerait devant « une » Diane Rwigara qui n’a pas été capable de réunir 600 signatures de citoyens rwandais. Elle en aurait même récolté 6.000 que cela ne représente aucun danger pour celui qui est plébiscité par la quasi-totalité de la population. Soyons sérieux, et arrêtons là cette plaisanterie. Le ridicule ne tue pas, mais il ne semble pas qu’il rende plus intelligents ces pseudo-humanistes et médias de propagande qui s’y baignent.

Mais derrière tout cela, ces gens « bien-pensant » ont un réel but caché, qu’ils poursuivent assidument depuis des années ; faire de « Diane Rwigara » une nouvelle « Victoire Ingabire », une victime et un nouveau symbole sur lequel les « opposants politiques » pourront s’appuyer pour déstabiliser le Rwanda.

Plus tard, je reviendrai vers ces deux « terroristes » aux figures angéliques, mais aux intentions maléfiques. De source sûre, certaines informations sont remontées, et je ne peux que comprendre les rwandais lorsqu’ils ont découvert les communications téléphonique et qu’ils se sont exprimés par ces mots : « cela fait peur » !  Oui cela fait peur, d’autant plus qu’ils ne découvrent que la pointe de l’Iceberg. Oui effectivement, nous sommes passés à côté de plusieurs drames au Rwanda et s’ils avaient eu lieu, nos « amis » les médias auraient sauté sur l’occasion pour pointer du doigt l’incapacité des services de sécurité rwandaise, car ils ont tous les toupets, du moment que l’on peut « taper » sur le Rwanda !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»




  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»




  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Édito d’Alain BILLEN – La propagande occidentale qui transforme à sa guise les «terroristes» en «opposants politiques»

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •