ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !

ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !

ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !

(*) Omerta : La loi du silence est la règle tacite, imposée par les mafieux dans le cadre de leurs affaires criminelles, cela implique, entre autres, la non-dénonciation de crimes et le faux-témoignage. Elle s’impose non seulement aux mafieux eux-mêmes, mais aussi à tous ceux qui seraient susceptibles de témoigner contre eux en justice.

Incroyable, les médias n’en parlent pas !
« Human Rights Watch » a établit un rapport officiel sur le Rwanda intitulé «Tous les voleurs doivent être tués». Le ton est donné, inutile d’aller voir ce qui se cache dans les 42 pages, tout est dans le titre. Pas besoin de revenir plus en détail sur ce rapport «faussé», vous aurez noté qu’il reprend de façon précise les noms et les dates de ces exécutions, …cela doit donc être vrai.

A la lecture du « pré rapport », Kenneth Roth et Ida Sawyer pensaient certainement détenir une bombe qui ébranlerait le pouvoir à Kigali. Nous n’allons pas aller jusqu’à dire qu’ils en ont « joui », mais en tous les cas ils ont dû savourer ce moment où ils ont pu appuyer sur le « clic » informatique détonateur de la bombe. Avec un tel rapport, « le Rwanda ne va pas s’en sortir et se verra isolé sur la scène mondiale ».

Cependant, ils n’avaient pas pensé à un détail, presqu’insignifiant, mais qui a tout de même son importance ; au Rwanda les victimes assassinées ressuscitent et les morts parlent ! « Diantre se sont-ils exclamés ! Voilà un détail auquel nous n’avions pas pensé ». Et oui, les informations compilées dans votre rapport sont totalement fausses et sorties de votre imagination. A force de vouloir chercher des poux dans la tête du voisin, on finit par les « fabriquer ». Heureusement que vous avez bien détaillé ces victimes, elles ont pu ainsi vous ressurgir en pleine figure, tels des fantômes venus de nulle part. Le prochain coup, allez chercher vos malheureuses victimes dans les cimetières, celles-là ne risquent pas de «revenir à la vie ».

Les médias occidentaux sont tellement silencieux, seraient-ils complices ?
Difficile de comprendre ce qu’il se passe en occident. Alors qu’habituellement, les journalistes sautent comme des puces, sans vérification aucune, dès que le Rwanda est pointé du doigt, dans le cas présent ; «silence total» – «No comment» ! Bizarre tout de même.

L’Institution « HRW » est démasquée, son rapport complètement faussé par des affirmations aussi graves, allant jusqu’à déclarer «morts assassinés», des pauvres gens qui aujourd’hui son bel et bien en vie. Nous savions cette organisation particulièrement partiale, nous connaissons la haine que les dirigeants de «HRW» vouent au Rwanda, mais les journalistes, eux, pourquoi restent-ils si silencieux ?

Un scandale comme celui dans lequel s’est vautré «HRW» mérite tout de même quelques lignes médiatiques. Dans la mesure où c’est le Rwanda la victime et «HRW» le persécuteur, nous ne nous attendions pas à faire les gros titres des journaux, mais quelques lignes…. quelques phrases, quelques mots… «S’il vous plait messieurs-dames, vous les « professionnels de l’information », on ne vous demande que quelques voyelles et consones accouplées, pas grand-chose quoi, même caché dans un coin de votre canard, ayez le bon cœur !»

De notre côté, nous avons voulu braver cette «omerta». Nous avons présenté notre «édito» (Édito d’A. BILLEN: « HRW » démasqué ! Au Rwanda, les morts parlent… et discréditent Kenneth Roth et Ida Sawyer) pour une publication via une «grande agence internationale» afin qu’elle puisse diffuser et toucher les professionnels de l’info. Je vous rassure de suite, l’édito présenté à ce diffuseur avait été revu en version «soft», les passages les plus virulents avaient été édulcorés, on ne sait jamais.

La réponse ne se fit pas attendre, l’édito sur « HRW » ne sera pas diffusé, point barre. Difficile à comprendre que lorsque Corneille, RFI, François Hollande, France 24, les Députés Européens, l’envoyé spéciale de l’Union Européenne, l’Ambassadeur Britannique, etc… se font épingler par une plume un peu trop trempée dans l’encre «noire», cela ne pose aucun problème…mais ici, c’est «HRW» alors là, «on ne diffuse pas» !

Qu’à cela ne tienne, nous avons pris notre courage à deux mains et avons informés certains médias en direct… là également «no comment».

La liberté de la presse en Occident n’existe pas ! Heureusement qu’aujourd’hui grâce aux réseaux sociaux nous arrivons à déjouer la propagande qui est jetée en pâture par les médias traditionnels. Un récent sondage effectué en France nous donne des chiffres alarmant qui vont évidemment dans le sens de ce papier ; «seuls 24% des Français estiment que les journalistes résistent aux pressions politiques. Et 27% d’entre eux jugent que les journalistes résistent aux pressions de l’argent ». Ce sont ces mêmes journalistes qui écriront ces papiers sur le manque de liberté de la presse en Afrique, c’est vraiment «l’hôpital qui se fout de la charité».

Le Rwanda vient de prouver que «HRW» trafique complètement ses rapports et n’hésite pas à utiliser pour cela des arguments «cousus de fil blanc». Cette pratique propre à « HRW » et d’autres Institutions bienveillantes nous étaient connues, mais jamais cette déshonorable Institution ne s’était fait prendre de la sorte, «les cinq doigts dans le pot de confiture». Pensez-donc, ils sont si intelligents, si arrogants chez « HRW » qu’ils en oublient que le «petit africain rwandais» n’est pas nécessairement tombé de la dernière pluie. «HRW vs. Rwanda», score sans appel, l’ogre démasqué s’est effondré face à la petite souris qu’il pensait avaler, David a fait vaciller le dédaigneux Goliath qui depuis lors ne « tweet » plus et nous gratifie d’un silence de mort,…c’est déjà cela de gagné.

Pour conclure cet édito, nous trouvons vraiment dommage et regrettable que de telles institutions qui se cachent derrière des étiquettes « droit de l’hommistes » bafouent de la sorte le nom qu’elles osent porter afin de servir des causes occultes gouvernementales ou autres.

Ces derniers jours les scandales pleuvent, mais les médias ne les traitent pas de la même manière. Ils le font en fonction des parties en cause, ils s’autocensurent pour plaire aux uns et enfoncer les autres.

Que ces journalistes arrêtent de se cacher eux également derrière l’étiquette de «journalistes», alors qu’ils rédigent à longueur de journée des « éditoriaux ».

  •  
    98
    Partages
  • 98
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !




  •  
    98
    Partages
  • 98
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !




  •  
    98
    Partages
  • 98
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !

  •  
    98
    Partages
  • 98
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
ÉDITO d’A. BILLEN: RWANDA : Le scandale de «HRW» dévoilé, les médias occidentaux ne briseront pas l’omerta !

  •  
    98
    Partages
  • 98
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •