Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?

Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?

Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?

Un après-midi chargé en plein centre de Kigali. De nombreux clients s’enregistrent au «Marriott Hôtel».

«C’est une journée chargée», explique Aline Niyongira (27 ans), agent de l’hôtel. Elle est affectée au service d’entretien ménager. Pour elle, se faire embaucher par le « Marriott Hôtel » il y a 2 ans semblait tenir d’un miracle, tellement cela semblait impossible. « Je n’arrive toujours pas à croire que je me retrouve ici« , s’extasie-t-elle, comme si elle en était à son premier jour.

Retrouver Aline Niyongira dans l’une des plus grandes chaîne d’hôtels au monde, a quelque chose d’étrange. Tout a commencé en 2015 lorsqu’Aline Niyongira a été appelée par un ami de son village dans le district de Rwamagana pour assister à une petite réunion organisée par les dirigeants locaux. Lors de la réunion, plusieurs femmes ont été informées d’une opportunité de développement des compétences par le « Women for Women International » – chapitre Rwanda.

L’organisation mobilisait les femmes vulnérables à travers le pays. Après plusieurs sessions de formation sur le renforcement des capacités, vingt-six femmes, dont Aline, se sont qualifiées et ont attiré l’attention des responsables du « Marriott Hotel ».

L’hôtel, dans le cadre de sa responsabilité sociale d’entreprise, a un projet phare pour soutenir les membres vulnérables de la communauté. C’est ainsi que «Marriott Hôtel» s’est associé à « Women for Women » afin de sélectionner les meilleurs talents dans différents domaines.

Les vingt-six femmes bénéficiaires du programme ont fini par décrocher un emploi à l’hôtel – avec un salaire mensuel moyen d’environ 250 000 Frw (300 dollars US). Une fortune pour elles qui n’avaient, pour la plupart aucun revenu, les plus chanceuses d’entre elles « flirtant » avec le seuil de la pauvreté, soit 1 dollar par jour.

Himisa Wibabara, une autre femme employée au « Marriott Hôtel » dans le département des délégués syndicaux, a déclaré que le recrutement était miraculeux. « J’étais une vraie villageoise. Lorsque nous avons commencé des formations dans le district de Kayonza en 2015, on nous a dit qu’il y avait un hôtel qui voulait embaucher du personnel. Nous avons tous été surpris de voir comment des personnes vulnérables comme nous pouvions attirer l’attention d’un si grand hôtel», a-t-elle avoué.

À l’époque, a-t-elle dit, plus de deux cents femmes se sont présentées pour l’audition, mais ils avaient besoin de moins de trente personnes.

« Au début, j’avais peur. Mais plus tard, une collègue m’a dit de venir et de faire de mon mieux. Nous y sommes allées et la sélection a commencé. Cela a duré plusieurs jours et j’ai finalement été choisie », explique Himisa Wibabara.

Une partie des femmes engagées par le Marriott Hôtel de Kigali

Faire le lit d’un officiel

Lorsque Wibabara, 30 and, et ses collègues se sont présentés pour une entrevue au « Marriott Hôtel », ils ont été chargés de faire beaucoup de choses, y compris de faire le lit pour un officiel en moins de 5 minutes.

« Personnellement, je n’avais jamais vu un tel lit. Le faire, c’était un dilemme. C’était l’une des expériences les plus difficiles de ma vie », ajoute Wibarara au milieu de rires, ajoutant: « Mais je l’ai fait. Et je suis maintenant une experte.  »

De même Albertine Uwera – du district de Ruhango au sud du Rwanda – a également fait face au même test. Avant cela, elle n’était qu’une fermière occasionnelle qui cultivait son jardin pour survivre. Mais après s’être inscrite à un programme de développement des compétences dans son village, elle s’est ensuite qualifiée pour des entretiens à l’hôtel Marriott.

« Mon premier jour ici est une expérience de vie. Mais travailler ici m’a appris que dans la vie, tout est possible », explique Uwera, qui travaille dans le service des délégués syndicaux.

Des projets ambitieux

Toutes les femmes qui ont parlé des projets ambitieux.

José Umulisa, grâce à son salaire mensuel, a réussi à scolariser ses 4 enfants dans de bonnes écoles, mais ce n’est pas tout. « J’ai déjà commencé un grand projet pour construire une maison de 40 millions de francs rwandais (47 000 dollars) dans les 3 prochaines années », a déclaré Umulisa. Elle dit économiser un minimum de 50 000 Frw chaque mois.

«Grâce à ces économies et à un prêt bancaire, je terminerai cette maison avant la fin de 2020», a-t-elle précisé.

Veronique Mukeshimana – une autre employée – veut créer une entreprise privée.

Du personnel compétent

Lorsque l’hôtel Marriott a interviewé les candidats, certaines femmes étaient des universitaires et elles figurent aujourd’hui parmi les meilleures.

Selon Yulia Bogdanova – directrice des ressources humaines à l’hôtel Marriott – ces femmes sont parmi les plus performants du personnel. « Nous avons mis en place un cours pour qu’elles acquièrent des compétences de base en communication et ont été les meilleures », a déclaré Bogdanova.

Les 26 femmes employées à l’hôtel Marriott font partie des 20 000 femmes vulnérables soutenues par la section «Women for Women International-Rwanda» en collaboration avec ses partenaires.

Ces femmes sont affectées dans divers domaines tels que l’entretien ménager, l’art culinaire, l’accueil, entre autres.

Les activités de soutien aux femmes au Rwanda et dans d’autres pays sont entièrement financées par la fondation « Blomberg Pholanthropies ».

« Women for Women International – Rwanda » vise à autonomiser 20 000 femmes vulnérables dans le cadre de son programme quadriennal (2013-2017). Un de ses projets phares; le «Women’s Opportunity Centre» du district de Kayonza, dans l’est du Rwanda, est le «joyau» du programme.

Antoinette Uwimana, Directrice nationale de « Women for Women International au Rwanda », a déclaré que grâce à des partenaires tels que « Workforce Development Authority » (WDA), « Fondation Imbuto », Hôtel Marriott, le programme a permis à ces femmes d’obtenir des certificats avec suffisamment de compétences pour les aider à être compétitives sur le marché du travail.

Sources: Dan Ngabonziza – KT PRESS

  •  
    38
    Partages
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?




  •  
    38
    Partages
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?




  •  
    38
    Partages
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?

  •  
    38
    Partages
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le miracle rwandais: Comment de simples paysannes, ces femmes se sont transformées en hôtelières professionnelles?

  •  
    38
    Partages
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •