Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir

Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir

Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir

Une nouvelle directive du ministère de l’Éducation exige que tous les étudiants qui prévoient étudier à l’étranger dans le cadre d’une bourse d’études du gouvernement passent un test de dépistage dans un hôpital reconnu du pays.

Une déclaration officielle du « Rwanda Education Board » (REB) indique qu’avant le départ des étudiants, ils devront montrer un certificat médical prouvant qu’ils n’ont aucune trace de « drogue » dans le sang.

S’adressant au New Times  lundi, Janvier Gasana, le directeur général de « REB », a déclaré que la décision d’introduire la nouvelle exigence était basée sur le fait que l’abus de drogues est devenu de plus en plus l’un des problèmes majeurs des jeunes.

« Nous savons tous que le problème de la toxicomanie est en train de devenir un problème sérieux parmi les étudiants et dans la société, pas seulement au Rwanda, mais dans le monde entier. Nous voulons protéger les étudiants rwandais qui vont étudier à l’étranger », a-t-il déclaré.

Janvier Gasana a ajouté qu’il ne se contentera pas de les tester avant de quitter le pays, mais le gouvernement travaillera avec toutes les ambassades rwandaises à travers le monde où les étudiants étudient pour les suivre dans leurs études.

Le déménagement, a-t-il dit, fait également partie de l’établissement et du maintien d’une base de données mise à jour des étudiants rwandais principalement ceux qui vivent à l’étranger afin de les soutenir continuellement.

« Le gouvernement fait beaucoup d’investissements pour s’assurer que les Rwandais obtiennent une éducation de qualité. Il serait absurde à la fin de savoir que les jeunes ne jouent pas le rôle que leur pays est censé de poursuivre simplement à cause de la consommation de drogues », a-t-il noté.

Janvier Gasana a souligné qu’ils ont récemment connu des cas d’expulsion d’étudiants, d’universités et de taux de redoublement dont certaines causes ont été attribuées à l’abus de drogues.

« Nous avons eu des étudiants qui ont échoué à l’école en raison de l’abus de drogues et d’autres ont été expulsés. Nous ne voulons pas que ces cas continuent », a-t-il dit sans donner de détails.

La déclaration indique que la directive concerne tous les rwandais étudiant ou ayant l’intention d’étudier à l’étranger en parrainage gouvernemental, en bourse de coopération ou en parrainage privé.

La directive intervient quelques semaines après que le président Paul Kagame a exhorté tous les Rwandais à s’unir pour vaincre le problème croissant de la toxicomanie, qu’il a qualifié d’épidémie mondiale.

La « chicha » vient d’être totalement interdite au Rwanda. Dr Jean-Damascene Iyamuremye, le directeur des soins psychiatriques au « Centre Biomédical du Rwanda » (RBC), a déclaré que cette mesure est l’une des nombreuses mesures pour lutter contre l’abus de drogues.

« Il est important que les établissements d’enseignement aient pris une telle mesure. En fait, je crois que cela ne devrait pas se limiter aux étudiants qui étudient à l’étranger. Il devrait également être étendu aux élèves des écoles locales. Cependant, tester seulement ne va pas freiner l’abus de drogues », a-t-il dit.

Jean-Damascène Iyamuremye a déclaré que la lutte contre l’abus de drogues nécessite des efforts concertés et des stratégies de plusieurs institutions ainsi que des rwandais.

Actuellement, l’hôpital neuropsychiatrique de Ndera et le centre de réadaptation Huye Isange (HIRC) sont les principaux centres de traitement de la maladie mentale liée à l’alcool et aux drogues dans le pays. Jean-Damascène Iyamuremye a déclaré qu’il y avait cependant un besoin d’équiper d’autres hôpitaux avec du matériel médical standard.

« Nous avons besoin d’équipements de haute qualité que nous pouvons utiliser pour tester quels types de drogues exactement les jeunes prennent, parce qu’ils utilisent des drogues lourdes et dangereuses comme la cocaïne et l’héroïne », dit-il, citant le cannabis, l’alcool et le tabac parmi les drogues couramment utilisés au Rwanda.

Rita Umuhire, une étudiante rwandaise en Chine, estime que cela pourrait réduire les cas d’abus de drogues parmi les étudiants rwandais qui étudient à l’étranger, même si elle dit que cela n’arrêterait pas complètement le vice.

Il y a environ 150 étudiants qui sont entièrement parrainés par le gouvernement dans diverses universités à l’étranger chaque année, tandis qu’une cinquantaine étudie sur des bourses de coopération.

 

  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir




  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir




  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir

  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les étudiants de la diaspora, bénéficiaires d’une bourse ou d’un parrainage, doivent subir un test de dépistage avant de partir

  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •