Le « Rwanda Standards Board » fixe de nouvelles mesures pour améliorer la qualité des aliments transformés.

Le « Rwanda Standards Board » fixe de nouvelles mesures pour améliorer la qualité des aliments transformés.
Selon Raymond Murenzi, directeur général du Rwanda Standards Board, une cinquantaine de diplômés universitaires formés à la transformation des aliments seront bientôt déployés dans diverses petites usines et start-ups à travers le pays.

Le « Rwanda Standards Board » fixe de nouvelles mesures pour améliorer la qualité des aliments transformés.

Le « Rwanda Standards Board », en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et des Ressources Animales, a annoncé que de nouveaux diplômés universitaires formés à la normalisation et au développement industriel seront bientôt déployés, afin d’améliorer la qualité et les normes des aliments et boissons transformés par les petites et moyennes entreprises.

Les officiels disent que les nouvelles mesures, sont fondées sur le fait que 70% des industries rwandaises sont des agro-industries, ce qui signifie qu’il est nécessaire de produire des aliments de qualité pour garantir la sécurité sanitaire des personnes.

L’évaluation effectuée par « l’Agence Nationale de Recherche Industrielle » (NIRDA) entre juillet et février 2018 a également montré que 60% des aliments industriels issus des industries agroalimentaires sur le marché local ne sont pas certifiés pour leur sécurité et leur qualité, car ils ne sont pas au courant du système de contrôle des risques.

Selon Monsieur Raymond Murenzi, Directeur Général de l’Office des Normes du Rwanda, au moins 50 diplômés universitaires en transformation alimentaire seront déployés, au mois de juin de cette année, dans diverses petites usines et entreprises en démarrage dans tout le pays.



L’initiative, a-t-il dit, s’inscrit dans le cadre du programme « Zamukana Ubuziranenge » de trois ans, qui permettra aux petites et moyennes entreprises de se conformer des normes.

« En plus de leurs excellentes compétences universitaires, nous avons conçu des cours spéciaux pour les former aux normes et à la qualité de l’agro-industrie en fonction de ce que le Standards board recherche en termes de qualité des aliments transformés. Ces compétences aideront les petites et moyennes entreprises qui ne sont même pas conscientes de ce dont elles ont besoin pour respecter la qualité et les normes », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que l’action fait également partie de la création d’emplois pour les diplômés universitaires en leur permettant d’améliorer leurs compétences potentielles par la pratique.

Monsieur Murenzi a déclaré que pour que les PME réussissent la norme, elles doivent connaître le processus de normalisation et les exigences.

« Nous sommes en train de développer la capacité et l’innovation des industries en termes de standards et de qualité. Par exemple, nous avons aujourd’hui 25 usines de transformation de vin de banane qui ont été certifiées tandis que d’autres sont en cours. Nous avons pris des mesures pour sévir contre tous les produits alimentaires et boissons de qualité inférieure qui ne respectent pas nos recommandations », a-t-il déclaré

Il a ajouté que, très bientôt, aucune des industries de transformation des aliments et des boissons ne sera autorisée à fonctionner sans un expert en charge de l’assurance qualité dans l’industrie.

« Cet expert en charge de l’assurance qualité dans une entreprise de transformation alimentaire sera responsable de tout produit de qualité inférieure qu’ils produiront », a-t-il dit.

Monsieur Aziz Mwiseneza, un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture, a déclaré que la même initiative a débuté lorsque 800 diplômés universitaires ont été déployés pour améliorer la productivité agricole des aliments comme le riz, les pommes de terre, le manioc, les légumes et autres.

« Certains sont ensuite retenus par la coopérative agricole pour continuer à les soutenir, ce qui contribue également à la création d’emplois », a-t-il déclaré.

Aide à l’adoption de technologies abordables.

Monsieur George Nyombaire, Directeur de la « Recherche et du Développement Industriel National » (NIRDA), a déclaré que l’initiative permettra aux petites et moyennes industries de devenir compétitives grâce à des technologies de qualité et abordables qui jouent un rôle important dans l’amélioration de la qualité des aliments transformés.

« Ces PME ont des innovations et de nouveaux produits et nous devons donc nous associer avec nos chercheurs pour les développer afin d’obtenir de meilleurs résultats. L’Agence va très prochainement, développer un logiciel pour stocker les technologies du monde entier afin qu’elles soient exploitées par les innovateurs rwandais et les petites entreprises dans la transformation des aliments », a-t-il déclaré.

Monsieur Dieudonné Twahirwa, un jeune entrepreneur membre du « Forum Rwandais des Jeunes dans l’Agroalimentaire », a déclaré qu’il y avait 4 300 jeunes dans le Forum qui pourraient transformer le secteur agricole et l’agro-industrie.

«Le soutien des diplômés universitaires qualifiés complète les PME, dont la plupart n’ont pas suffisamment de connaissances sur les normes. Nous avons besoin de telles opportunités de renforcement des capacités, de technologies et d’accès au financement », a-t-il déclaré

  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Le « Rwanda Standards Board » fixe de nouvelles mesures pour améliorer la qualité des aliments transformés.

  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le « Rwanda Standards Board » fixe de nouvelles mesures pour améliorer la qualité des aliments transformés.

  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •