AGOA : Industrie Textile – Le Gouvernement va payer des taxes pour les Rwandais affectés

AGOA : Industrie Textile – Le Gouvernement va payer des taxes pour les Rwandais affectés

AGOA : Industrie Textile – Le Gouvernement va payer des taxes pour les Rwandais affectés

Pour s’assurer que les exportateurs rwandais ne soient pas significativement affectés par la suspension anticipée de l’accès en franchise de droits au marché américain dans le cadre de l’AGOA, le Gouvernement a décidé de prendre en charge les obligations fiscales qui en découlent.

Cela fait suite à la décision prise par le Gouvernement américain le 31 mars dernier, d’annoncer son intention de suspendre l’application du traitement en franchise de droits à tous les produits admissibles au titre de l’AGOA dans le secteur du vêtement pour le Rwanda.

Selon une déclaration du Gouvernement américain, la suspension prend effet dans 60 jours (à partir du 31 mars) au cas où le Rwanda maintiendrait sa politique sur les vêtements usagés, communément appelé Cagua.

Cependant, le Gouvernement a déclaré que pour assurer une perturbation minimale aux entreprises, il mettait en place une facilité d’ajustement pour payer les taxes imposées aux exportateurs pour la prochaine année.

Madame Clare Akamanzi, PDG de « Rwanda Development Board », a déclaré au cours d’une interview exclusive, à New Times que cela permettrait aux entreprises d’accéder à de nouveaux marchés et de respecter les obligations contractuelles existantes sur le marché américain.

« Entre-temps, pour ceux qui vont être touchés par la suspension de l’AGOA, le Gouvernement va travailler avec eux pour leur permettre d’honorer les commandes sur lesquelles ils travaillaient aux Etats-Unis pour la prochaine année, et nous paierons les taxes pour eux. Nous ne voudrions pas que leurs commandes soient affectées car ils cherchent des marchés alternatifs. Nous mettons en place une facilité d’ajustement qui nous permettra d’avoir un fonds pour payer les taxes qui seront imposés », a-t-elle déclaré dans une interview exclusive.



Elle a expliqué que l’intention générale était d’identifier des marchés alternatifs tels que l’Europe, l’Asie et le continent africain qui peuvent permettre l’accès en franchise de droits.

« Notre intention est de travailler avec eux pour trouver des marchés alternatifs. Nous trouverons des opportunités hors taxes dans l’Union Européenne ainsi qu’en Asie et en Afrique où nous pouvons trouver des marchés », a-t-elle noté.

La suspension est une conséquence de la mise en œuvre par le Rwanda d’une décision de la Communauté de l’Afrique de l’Est visant à éliminer les importations de vêtements de seconde main, afin de stimuler l’industrie textile naissante de la région.

En 2015, les chefs d’État de la Communauté est-africaine (CAE) ont adopté un processus graduel sur trois ans pour éliminer les importations de vêtements et de chaussures d’occasion afin de promouvoir les industries du textile, de l’habillement et du cuir dans la région.

Madame Akamanzi a déclaré que le Rwanda ne changerait pas d’attitude malgré les conséquences de la mise en œuvre de la décision.

« Nous avons engagé le Gouvernement américain, mais je pense que ce qui est clair, c’est que cette décision d’augmenter les tarifs n’était pas seulement la décision du Rwanda. Tous les pays de l’EAC ont décidé de le faire et le Rwanda s’en tient à la décision de le faire « .

Elle a déclaré qu’il n’y avait pas de raison spécifique de se retirer d’une décision prise collectivement par le bloc dans l’intérêt de son peuple.

« C’est une décision de l’EAC et nous avons l’intention de continuer à mettre en œuvre ce que nous avons convenu ».

Elle a ajouté : « il pourrait y avoir des conséquences pour décider de garder notre parole. Les États-Unis ont décidé qu’ils pourraient éliminer l’accès en franchise de droits pour les vêtements sur le marché américain. Notre plan en tant que Gouvernement est de travailler avec les entreprises qui seront touchées. Elles sont très peu nombreuses. Le principal est C & H mais nous en avons aussi d’autres plus petits.  »

La stratégie du Rwanda pour développer les secteurs industriels du textile, de l’habillement et du cuir vise à augmenter la qualité et la quantité de textiles, de vêtements et de cuirs pour les marchés locaux et étrangers.

Le Rwanda estime que si tout est mis en œuvre conformément au plan, cela pourrait créer 25.655 emplois, augmenter les exportations à 43 millions de dollars et réduire les importations à 33 millions de dollars d’ici 2019 (contre 124 millions de dollars en 2015).

L’impact sur la balance commerciale entraînera des économies de 76 millions de dollars sur une période de trois ans.

  •  
    2
    Partages
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




AGOA : Industrie Textile – Le Gouvernement va payer des taxes pour les Rwandais affectés

  •  
    2
    Partages
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
AGOA : Industrie Textile – Le Gouvernement va payer des taxes pour les Rwandais affectés

  •  
    2
    Partages
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •