Rwanda – Plus de 500 jeunes de la diaspora commencent un programme d’éducation civique.

Rwanda – Plus de 500 jeunes de la diaspora commencent un programme d’éducation civique.
Le ministre de la Défense, James Kabarebe (C), avec d'autres hauts responsables, dont le gouverneur de la province, Fred Mufulukye (2e à gauche) et le président de la commission nationale Itorero, Edourd Bamporiki.

Rwanda – Plus de 500 jeunes de la diaspora commencent un programme d’éducation civique.

Pas moins de 567 jeunes rwandais poursuivant leurs études dans 19 pays d’Asie, d’Europe, d’Amérique et d’Afrique ont lancé mercredi un programme d’éducation civique (Itorero) qui durera un mois.

La onzième édition d’Indangamirwa a été lancée par le Général James Kabarebe, Ministre de la Défense, lors de la Journée de Libération, le 4 juillet dernier, au « Gabiro Combat Training Centre », dans le district de Gatsibo.

Général Kabarebe a partagé l’expérience du « Front Patriotique Rwandais » (FPR – Inkotanyi) pendant la lutte de libération, à la suite de laquelle beaucoup de Rwandais ont été réfugiés alors que la mauvaise gouvernance, et le sous-développement prospéraient dans le pays.

«Nous étions des réfugiés depuis trop longtemps et il semblait qu’il n’y avait pas d’autre choix que de prendre les armes et de se battre pour nos droits», a-t-il commencé.

Il a ajouté que même lorsqu’ils étaient exclus du pays, en tant que réfugiés, ils étaient très préoccupés par le sous-développement du pays, et que «le pays avait besoin de changements sérieux pour le restaurer complètement».

Général Kabarebe a appelé les jeunes à chérir leur culture comme «le lien qui rend les choses possibles au Rwanda».

«Sans culture, nous ne pouvons pas faire avancer notre pays. Notre culture est notre identité », a-t-il déclaré à la jeunesse attentive.

Le Ministre a donné des exemples de régimes passés qui ne valorisaient pas la culture rwandaise au point d’imposer des divisions ethniques aux Rwandais.

« Les gouvernements postcoloniaux se sont alignés en tant qu’agents du colonialisme parce qu’ils ont travaillé pour démolir notre culture et notre identité », a-t-il dit.

Madame Laica Kwizera, qui poursuit ses études aux Etats-Unis, a déclaré que c’était une opportunité qu’elle ne gaspillerait pas, affirmant que c’était la bonne occasion de connaître les aspirations du pays et de comprendre son rôle dans leur réalisation.

« La leçon d’aujourd’hui sur la lutte de libération m’a fait plus réaliser qui je suis, et comment me comporter devant mes compatriotes rwandais et d’autres peuples », a-t-elle dit.

Monsieur Frank Gashagaza, qui étudie en Ouganda, a expliqué qu’il était fasciné par le patriotisme démontré par les jeunes Rwandais qui ont, jusqu’au bout, conceptualisé et mis en œuvre la lutte de libération.

« Je me sens totalement obligé d’en faire plus pour mon pays car les jeunes de cette époque, qui n’avaient ni téléphone ni internet, ont réussi à communiquer et à mobiliser des milliers de leurs collègues pour un objectif commun de libération de notre pays »a-t-il dit.

Le programme d’éducation civique des Indangamirwa pour les jeunes rwandais de la diaspora a débuté en 2008, et a bénéficié jusqu’à présent à 3.168 jeunes rwandais..

Le ministre de la Défense, James Kabarebe, parle aux jeunes de la diaspora à Gabiro le 4 juillet 2018.
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Rwanda – Plus de 500 jeunes de la diaspora commencent un programme d’éducation civique.

  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Rwanda – Plus de 500 jeunes de la diaspora commencent un programme d’éducation civique.

  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •