Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?

Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?

Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?

Le concept de la Renaissance africaine a été sur les lèvres des Africains progressistes pendant des décennies, comme un renouvellement de la façon de faire les choses pour surmonter les défis de l’Afrique et faire progresser le bien-être du peuple africain.

En 1946, le savant sénégalais Cheikh Anta Diop écrivait abondamment sur la renaissance africaine dans ses livres; Vers la Renaissance Africaine et l’Unité Culturelle de l’Afrique Noire. Diop croyait à juste titre que l’unité culturelle du peuple africain était une arme puissante pour gagner le colonialisme.

D’un autre côté, le colonialisme a réussi à briser l’identité culturelle et l’unité des colonisés.

Bien que le colonialisme ait finalement été gagné, le continent africain est resté divisé, ce qui rend difficile la réalisation d’un programme commun pour relever collectivement les défis et construire un consensus sur les stratégies de développement.

La 30ième  session ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine était historique à bien des égards comme une seconde libération et le début de la Renaissance africaine tant attendue.

Tout d’abord, c’était la première fois en 54 ans que les dirigeants africains faisaient de la lutte contre la corruption l’objet de discussions et le thème du sommet. La corruption est l’un des cancers chroniques qui affecte l’Afrique et a dangereusement retardé sa croissance.

Lors du sommet, le Président nigérian Muhammadu Buhari a présenté un rapport à l’UA sur la corruption en Afrique, montrant que le continent perd chaque année 148 milliards de dollars dans la corruption, ce qui représente 25% du PIB moyen de l’Afrique!

Si l’Afrique arrête la corruption, cette somme d’argent peut construire des routes modernes et des réseaux ferroviaires qui manquent, pour faciliter le commerce intra et les mouvements de personnes et les niveaux de pauvreté seraient considérablement réduits.

Deuxièmement, un marché unique du transport aérien africain (SAATM) a finalement été lancé avec 23 États membres qui ont promis leur engagement à une mise en œuvre immédiate.

Une fois mis en œuvre, il devrait réduire de 25% le coût des billets d’avion, ce qui stimulera le commerce et le tourisme intra-africains.

Une étude réalisée en 2014 par « l’Association du Transport Aérien International » (IATA) montre qu’en libéralisant les routes (du ciel) pour seulement 12 pays africains clés, environ 1,3 milliard de dollars seront ajoutés au PIB du continent, tout en créant plus de 150 000 emplois.

La facilité des règles de visa adoptées par les pays africains ces dernières années a également eu un impact sur la promotion du commerce et du tourisme.

Le rapport 2014 de la « Banque Africaine de Développement » (BAD) sur la facilité des visas stipule que lorsque le Rwanda a adopté la politique de visa à l’arrivée et réduit les frais de 30 $, les visiteurs africains ont augmenté de 22% par an et les revenus du tourisme de 4%.

Le Rwanda a encore assoupli son régime de visas en permettant aux voyageurs de recevoir des visas à leur arrivée. De nombreux pays africains doivent ouvrir et maximiser les opportunités d’intégration régionale et attirer les investissements étrangers et le tourisme.

Paul Kagame, Président de l’Union Africaine

Le président rwandais, Paul Kagame, a été chargé par ses pairs de jouer le double rôle de président de l’Union africaine et de mener les réformes du corps continental.

Ces tâches assignées au dirigeant rwandais sont une preuve de la confiance et de la confiance qu’il a la capacité de faire la différence en réunissant l’Afrique vers la réalisation d’une Afrique intégrée, prospère et pacifique et finalement la réalisation de l’Agenda 2063.

Kagame est admiré par beaucoup comme un leader pragmatique et transformationnel qui trouve une solution de l’intérieur à travers des initiatives locales et un ardent défenseur de l’autosuffisance plutôt, que de l’Afrique dépendant de l’aide.

Le modèle économique néocolonial actuel pour la dépendance de l’Afrique vis-à-vis des exportations de matières premières continue de faire du continent une source de matières premières pour les pays développés, tendance qui doit être inversée.



Tom Burgis, l’auteur d’un livre intéressant: «Les machines à piller: seigneurs de guerre, oligarchies, entreprises, contrebandiers et vol des ressources africaines», affirme que «les étrangers pensent que l’Afrique est un grand drain de la philanthropie, un continent qu’ils aident en vain et contribue peu à l’économie mondiale en retour « .

Tom, cependant, continue en disant que c’est une grosse idée fausse parce que quand vous regardez de près l’industrie des ressources, et la relation entre l’Afrique et le reste du monde, la situation est différente.

Il note également que «en 2010, les exportations de combustibles et de minéraux en provenance de l’Afrique valaient 333 milliards de dollars; plus de sept fois la valeur de l’aide apportée à l’Afrique « .

En outre, les sociétés multinationales opérant en Afrique empocheraient environ 203 milliards de dollars par an en évasions fiscales et autres flux financiers illicites. L’Afrique n’est donc pas pauvre, mais ses ressources sont volées tant au niveau national qu’international.

En 2017, la Banque Africaine de Développement a déclaré que l’Afrique était la deuxième économie en croissance la plus rapide au monde et un certain nombre d’observateurs internationaux ont également désigné l’Afrique comme le futur moteur de la croissance économique mondiale.

Ceci fustige une deuxième bousculade pour l’Afrique mais cette fois l’UA doit être bien organisée pour être en charge, contrairement à la première bousculade coloniale qui a volé les ressources de l’Afrique en toute impunité, et se retourner pour rappeler que les Africains sont pauvres!

Comme la première libération pour atteindre l’indépendance exigeait des sacrifices, la deuxième libération a elle aussi besoin de beaucoup plus de sacrifices et de décisions audacieuses pour perturber l’exploitation sophistiquée des ressources de l’Afrique.

La jeunesse africaine doit avoir de l’espoir dans son continent en tant que prochaine source de richesse et d’emplois. Avec la nouvelle résolution des dirigeants africains de rester unis comme jamais auparavant, ayant un programme de développement commun, il ne fait aucun doute que la renaissance africaine tant attendue commence à prendre forme.

 Par  Gerald Mbanda,  un panafricaniste qui commente également les questions politiques sur l’Afrique

Twitter: @GeraldMbanda


Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?







Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?








Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?

Édito de Gerald Mbanda – Renaissance Africaine: Un Long Rêve Devenu Réalité?