Le Gouvernement envisage d’amender la loi existante sur la réglementation des lieux de culte

Le Gouvernement envisage d’amender la loi existante sur la réglementation des lieux de culte

Le Gouvernement envisage d’amender la loi existante sur la réglementation des lieux de culte

Le Gouvernement est en train d’examiner la loi existante réglementant les églises et les mosquées, après avoir constaté des failles qui ont conduit à la prolifération des institutions confessionnelles de qualité inférieure.

Le « Rwanda Governance Board » (RGB), le dépositaire et le greffier des organisations confessionnelles, y compris les églises et les mosquées, tient actuellement des consultations nationales avec les parties prenantes sur les amendements proposés dans le règlement existant.

Monsieur Justus Kangwagye, Directeur du Département des Partis Politiques et Organisations Confessionnelles à « RGB », a déclaré au Sunday Times que l’étude de ces règlements résultait des inspections précédentes qui ont établi qu’un certain nombre d’églises étaient non conformes aux lois sur la construction et aux nuisances sonores.

Il a également noté que certaines églises importantes ont illégalement « donné naissance » à de sous-branches. Les questions qui seront traitées lors de ces consultations, reposent essentiellement sur la multiplication de lieux de culte illégaux et non-conformes dans les zones résidentielles qui causent des nuisances sonores et ne répondent pas aux exigences minimales d’hygiène, ainsi que sur le fait que certains religieux «exploitent» les fidèles incrédules.



« Actuellement, nous sommes encore en consultation et la nouvelle réglementation régissant les organisations confessionnelles devrait être soumise au Parlement, peu de temps après cet exercice », a déclaré Monsieur Kangwagye.

« Lorsque nous parlons des failles, nous pensons aux cas où certaines de ces personnes ne respectent pas les normes minimales. Le Rwanda respecte la liberté d’association et de culte, mais lorsque certaines églises commencent à recréer de plus petites églises qui ne répondent pas aux exigences et de plus petites salles qui ne peuvent pas accueillir un grand nombre, alors des problèmes surgissent », a-t-il ajouté.

Selon Monsieur Kangwagye, on a constaté que certains dirigeants d’église exploitaient les pratiquants ; on trouve des cas où certains fidèles sacrifient tous leurs biens au profit de leurs églises. Nous devons vérifier tout cela.

« Nous avons eu quatre mois de consultations, nous avons commencé avec les dirigeants d’église qui ont donné leur contribution et nous continuerons dans cet ordre. La nouvelle règlementation abordera un éventail plus large de questions dans les organisations confessionnelles et non les questions spécifiques. »

Bien que certaines personnes affirment que la fermeture des églises est une violation de la liberté de culte, « RGB » réitère que le mouvement vérifiera spécifiquement comment les lieux de culte répondent aux exigences de base en matière de sécurité, d’hygiène, d’infrastructure et de légalité que les églises affectées manquaient.

« Bien sûr, nous avons depuis lors vu des sceptiques sur les médias sociaux, certains prétendant que nous ne respections pas les libertés, mais le Rwanda est un pays qui respecte la liberté de culte. Cependant, nous voulons aussi que notre peuple vénère dans un environnement décent. »

« Imaginez 200 personnes qui se réunissent dans un endroit qui n’offre pas assez de toilettes et qui n’est pas connecté à l’approvisionnement en eau? Cela peut entraîner des risques pour la santé. Nous avons dû intervenir pour éviter d’éventuels problèmes », a ajouté Monsieur Kangwagye.

Monsieur Kangwagye a ajouté que l’exercice n’avait pas pour but de fermer de façon permanente ces églises, mais plutôt de leur demander de respecter des normes pour les lieux de culte, qui comprennent notamment le respect des lois sur la pollution sonore et les normes d’hygiène.

« Bien sûr, il est douloureux que certaines de ces personnes manquent leur culte du dimanche, mais c’est bon aussi que les collectivités locales trouvent des solutions à ce problème. Une fois qu’une église a atteint les normes minimales, elle sera rouverte », a-t-il ajouté.

Monsieur Kangwagye a indiqué qu’un groupe de travail avait été mis sur pied pour inspecter la réouverture des églises qui remplissent les normes et que certaines ont été rouvertes depuis lors, sans pouvoir en donner le nombre exact.

  •  
    11
    Partages
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Le Gouvernement envisage d’amender la loi existante sur la réglementation des lieux de culte

  •  
    11
    Partages
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le Gouvernement envisage d’amender la loi existante sur la réglementation des lieux de culte

  •  
    11
    Partages
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •