Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.

Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.

Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.

Dans une ferme de géranium dans le secteur de Gahara (district de Kirehe), à environ trois heures de route de Kigali, Dr Nicholas Hitimana prend dans sa main une plante qui dégage un doux parfum.

Dr. Hitimana, 55 ans, a choisi de s’aventurer dans les huiles essentielles au Rwanda.

Une huile est «essentielle», cela signifie qu’elle contient «l’essence» du parfum de la plante, le parfum caractéristique de la plante dont elle est dérivée.

Ils sont utilisés en aromathérapie. Les arômes sont utilisés pour améliorer l’état de santé, la méditation, le soutien respiratoire, la santé de la peau et le soulagement du stress, entre autres utilisations.

« Les huiles essentielles sont une question de parfum, c’est ce que nous vendons », a déclaré l’entrepreneur agroalimentaire à New Times.

Les huiles sont les ingrédients clés de l’industrie de parfums, à raison de plusieurs millions de dollars.

Il exporte environ 1,5 tonne d’huiles essentielles par année. Entre 300 et 500 kilos des huiles exportées sont de l’huile de géranium.

Cette année, 2018, l’entreprise veut atteindre 2,5 tonnes.

« Il y a un marché pour les huiles essentielles, et actuellement, nous ne produisons pas assez pour satisfaire la demande de nos acheteurs », a-t-il dit, ajoutant que ce marché est en pleine croissance.

Certaines des huiles essentielles sont utilisées dans des endroits haut de gamme au Rwanda, tels que « Serena Hôtel », « Marriott Hôtel ».

Les autres huiles proviennent de la citronnelle, du patchouli et du romarin. Et, cette année, il a introduit la lavande.

Les prix des huiles varient. Par exemple, un kilo de géranium coûte environ 200 dollars (environ 160 000 Rwf), tandis que le patchouli coûte environ 90 dollars, et environ 30 dollars pour la citronnelle, 20 dollars pour l’eucalyptus.

Sous son entreprise « Ikirezi Natural Products », il exporte les différentes huiles auprès d’acheteurs en Afrique du Sud, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada.

Dr. Hitimana a fondé l’entreprise en 2005, en tant qu’agro-industrie sociale ou d’intérêt communautaire qui s’associe avec de petits agriculteurs au Rwanda afin de produire et de récolter l’huile essentielle.

L’entreprise travaille avec environ une centaine d’agriculteurs qui cultivent les plantes sur quelques 30 hectares de terres et lui fournissent les matières premières. Environ 20 des 30 hectares sont utilisés pour la production de géranium. On estime que 70% des agriculteurs sont des femmes, dont certaines sont des veuves.

En 1989, Dr. Hitimana a obtenu une licence en agronomie à l’ancienne Université Nationale du Rwanda (actuellement l’Université du Rwanda). Il a poursuivi ses études pour obtenir un doctorat en interactivité des cultures et des insectes à l’Université d’Édimbourg, en Écosse.

Le géranium est une plante herbacée vivace qui peut être récoltée quatre ans après la plantation initiale.

Parlant des avantages de la culture du géranium, il a dit que 30 kg de ses huiles d’une valeur d’environ 6.000 $ (environ 5 millions Rwf) peuvent être générés par hectare et par an.

Un agriculteur reçoit 150 Rwf par kilo et peut récolter entre 15 et 20 tonnes par hectare et par an.

Témoignages des agriculteurs.

Monsieur Vincent Habimana, 33 ans, a commencé à cultiver du géranium en 2007, sur environ un demi-hectare de terres agricoles, et il peut collecter environ 4 tonnes pour environ 400.000 Rwf en trois mois.

Le père de trois enfants a dit que cette culture l’a aidé à améliorer ses conditions de vie alors qu’il récoltait et utilisait les revenus pour se développer.

« J’ai réussi à construire ma propre maison après avoir vécu en tant que locataire. J’ai aussi acheté quatre terrains », a-t-il dit

L’objectif de Dr. Hitimana est d’exporter environ 20 tonnes d’huiles essentielles par an.

Il a installé du matériel moderne de distillation d’une valeur de 250.000 $.

Parmi les difficultés qu’ils rencontrent figurent le manque de terres et les longues périodes de sécheresse qui nuisent à leur productivité.

L’irrigation goutte à goutte efficace, a-t-il souligné, peut être une solution au problème car elle peut assurer des récoltes durables pendant la sécheresse grâce à une utilisation efficace de l’eau.

Le marché mondial des huiles essentielles devrait atteindre environ 11,19 milliards de dollars d’ici 2022, soit un taux de croissance annuel composé de 8,83% entre 2017 et 2022, selon des experts de l’industrie.

  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.




  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.




  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.

  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Rwanda – Huiles essentielles : Dr Nicholas Hitimana construit une entreprise d’exportation dans le district de Kirehe.

  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •