Rwanda – Industrie Textile : « Le Financement est disponible » selon le BDF

Rwanda – Industrie Textile : « Le Financement est disponible » selon le BDF

Rwanda – Industrie Textile : « Le Financement est disponible » selon le BDF

Le « Fonds de Développement des Entreprises du Rwanda » (BDF) a exhorté les tailleurs, les créateurs de mode et les commerçants de vêtements fabriqués localement à tirer parti des opportunités existantes en travaillant avec les institutions financières, et à bénéficier du fonds de garantie du « BDF ».

L’appel a été lancé par Madame Carine Sandrine Mugwaneza, responsable du marketing et des relations chez le « BDF », au cours de la campagne nationale d’un mois ciblant les centres commerciaux très fréquentés.

Elle parlait la semaine dernière en s’adressant à des intervenants de l’industrie du vêtement « Made-in-Rwanda » qui exposaient leurs produits dans la « Zone Sans Voitures » du centre-ville de Kigali.

« Nous avons contacté des hommes d’affaires du secteur local de l’habillement pour les éclairer sur la façon dont ils pouvaient accéder au financement par les institutions financières et nous sommes prêts à donner un fonds de garantie à ceux qui n’ont pas de garantie ».

Le « BDF » collabore avec les institutions financières, à savoir les banques, les institutions de Microfinance et les Coopératives d’Epargne et de Crédit, pour couvrir entre 50 et 75% des garanties exigées par l’institution prêteuse.

Le montant maximal garanti est de 500 millions Rwf pour le projet en Agriculture, et de 300 millions pour les autres secteurs dans une période de maturité de 10 ans.

Ceux qui sont éligibles à ce soutien sont les Micro, Petites et Moyennes Entreprises (MPME), les particuliers, les associations, et les coopératives.

Pas moins de 26 000 projets ont été soutenus jusqu’à présent, pour un montant de 150,4 milliards Rwf.

« Pour les projets destinés aux jeunes et aux femmes, nous couvrons 75% des garanties exigées par les banques. Nous expliquons aux gens les services du « BDF », le processus qu’ils peuvent suivre pour être en mesure de travailler avec des institutions financières et nous couvrons leurs garanties requises. Nous avons lancé la campagne sur la garantie parce que nous avons réalisé que beaucoup de gens ne sont toujours pas conscients de telles opportunités », a expliqué Madame Mugwaneza

Elle a ajouté que son intérêt pour les hommes d’affaires travaillant dans l’industrie du vêtement était qu’ils apportaient une contribution majeure à la mise en œuvre de l’initiative « Made-in-Rwanda » pendant que le Gouvernement cherchait à réduire la facture d’importation et à éliminer progressivement les vêtements d’occasion.

« Nous devons promouvoir la fabrication locale en facilitant l’accès au financement pour les entrepreneurs. C’est pourquoi nous avons ciblé les exposants de vêtements fabriqués localement », a-t-elle ajouté.

Le Gouvernement est en train d’élaborer une stratégie pour développer les secteurs du textile, de l’habillement et du cuir. On estime que si tout se passe comme prévu, cela pourrait créer 25.655 emplois, faire passer les exportations à 43 millions de dollars et réduire les importations à 33 millions de dollars d’ici 2019 (contre 124 millions de dollars en 2015).

L’impact sur la balance commerciale se traduira par des économies de 76 millions de dollars sur une période de trois ans. En 2016, le Rwanda a augmenté les taxes sur les vêtements usagés de 0,2 à 2,5 dollars le kilo, tandis que les taxes sur les chaussures usagées sont passées de 0,2 à 3 dollars le kilo.

  •  
    2
    Partages
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Rwanda – Industrie Textile : « Le Financement est disponible » selon le BDF

  •  
    2
    Partages
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Rwanda – Industrie Textile : « Le Financement est disponible » selon le BDF

  •  
    2
    Partages
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •